Nouvelle saison

Posté par sens interdits le 20 mars 2017

fleurs-printemps-abeilles-1024x768

d

Hahaha, 8 mois après j’reviens sur mon blog tiens. Aujourd’hui, je ne vais pas aborder un sujet de façon sarcastique, je pense que tacler les présidentielles serait trop facile - puis mettons nous d’accord, ils n’ont absolument pas besoin de nous pour se rabaisser et ternir leur image -. J’ai pas vraiment pris le temps de m’occuper de mon petit blog il est vrai. Mais depuis le début d’année, mon inspiration est un peu revenu. Je fais donc cet article pour vous faire partager…. « UNE CHANSON » ! C’est un bien grand mot, c’est une sorte de poésie écrite en vers - enfin j’ai essayé  -, où j’ai voulu lier le fond de mes pensées, avec une forme où la technique était activement recherchée.

d

d

C’est donc un article un peu plus personnel qu’à l’habitude, et non c’est pas une raison légitime pour venir me casser les couilles après la publication de ce dernier, mais le but est, avant tout, de faire partager des nouveautés sorties tout droit de mon cerveau !

En ce premier jour de Printemps, je vous présente donc « Nouvelle Saison », texte que j’ai écris il y a maintenant un mois. 

0

T’étais le miroir de ma vie
Une terre noire peu fertile,
Où l’espoir se fait vide.

2

J’ai tellement erré dans tes terres enneigées
Qu’mon cœur s’endettais, je n’pensais plus à t’aimer.
Tu m’as pris de court j’étais pas préparé
Mais on avait fait l’tour tu voulais rien réparer

3

J’rêvais d’autre part et tu le savais
Mais c’était trop tard je m’enivrais
De cette douce liqueur qui t’emplis le ventre comme une envie de meurtre.

4
T’as pris les d’vants t’as eu raison,
Il était temps, j’ai bien fais l’con
L’oublie c’est l’plan, j’f’rais pas d’sermon
L’hiver passé, nouvelle saison.

5

Le disque s’achève donc à l’heure
Où L’envie d’ailleurs s’mêlait au risque.

6

J’fixe au loin le futur qui m’attend,
Qui m’dit « viens le meilleur est devant,
Te r’tourne pas y’a l’malheur qui s’avance,
Dans ton dos c’est la terreur, fais gaffe c’est Satan. »

7

Sérieux, t’as osé dire que j’étais toxique et Mesquin
Alors qu’tes actes étaient illogiques et tu l’sais bien
Et cette fin est tellement ironique mais c’est certain
Que tu n’feras plus parti des chroniques de mon destin.

8

T’as pris les d’vants t’as eu raison,
Il était temps, j’ai bien fais l’con
L’oublie c’est l’plan, j’f’rais pas d’sermon
L’hiver passé, nouvelle saison.

9

J’hérite de ce constat : On a ce qu’on mérite
J’matte démuni la fin du film que j’ai moi-même écrite
Fallait bien que j’en paye le prix, j’ai pleuré devant l’générique.
Mais aussi vite que t’es partie, une autre me donnera la réplique

10

Y’aura pas d’deuxième volet et c’est mieux comme ça,
J’me réveille vraiment d’ces deux ans d’coma.
J’accusais le coup Mais c’est pas grave.
Parce après Tout, bon débarras

fin

fin

Bon. Je ne l’ai absolument pas mise en musique, et je ne la chanterai pas - faudrait avoir une voix pour ça -  mais je la trouvais cool, et pour reprendre un peu mon blog, c’était une façon plutôt originale ! A très vite ;)

Val.

Laisser un commentaire

 

Foot infos |
Willkommen ! |
FOCN.TV |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Monica Vedecca
| Appartementgayeulles
| Lesparentsamaurice